La Confrérie du Chaoudelet

Porte drapeau de la ville de Carbonne dans le grand Sud Ouest

C'est en février 1984 qu'un petit groupe de personnes s'occupant du Tournoi International de football pupille de la J.S.CARBONNE, a eu l'idée, au sein du Comité d'Activités sportives internationales, pour rehausser l'éclat de cette manifestation de créer une confrérie.

Confrérie, d'accord! mais laquelle?
Comme le tournoi se déroule pour Pâques, la relation avec les cloches, les oeufs allait de soi ... mais cette idée ne remportait pas les suffrages de tous; C'est alors qu'un membre, facteur de son état, eut un trait de génie: "dans ma tournée, je porte le courrier à une propriété qui se nomme "CHAOUDELET", car elle est construite de forme triangulaire.... comme celle du petit gâteau à l'anis.

La confrérie du CHAOUDELET était née..

Se posait alors la question de la création et de la fabrication du produit ?
Frére Antoine Gaillardo, n° 28 dans la hiérarchie de la Confrérie, créa la recette et la saveur du gâteau le chaoudelet et ainsi, depuis la nuit des temps, les traditions se prolongent pour le plus grand bonheur de tous.

L'Echaudé, CHAOUDELET en patois local a donc son histoire. Connu depuis le début du XIII ème siècle et plus précisément 1202. C'est un petit gâteau, de forme triangulaire qui est fait de fines fleurs de froment, d'oeufs, de beurre et de sel. Son goût est agrémenté d'anis. Sous FRANCOIS 1er, il valait deux liards ou si deniers. La forme du CHAOUDELET a varié au cours du temps et selon les régions; au moyen âge, le CHAOUDELET était rond avec des bords dentelés; au XVI siècle, on en signale qui ont la forme d'un croissant; au XVII ème siècle, il devient triangulaire et présente trois cornes qui a servi à désigner une rue de PARIS et on pense que c'est vers 1710 que le pâtissier parisien Charles Paul FAVARD qui lui donna sa forme actuelle et l'accompagne de vin blanc, en référence à une pratique du moyen âge où l'on "touillait" Le CHAOUDELET afin de le ramolir.
Le CHAOUDELET était très connu en FRANCE: dans le lyonnais il s'appelait "chaoudelait ou "craquelin au beurre" : "l'échaudeur" en vieux français ou le "chaoudelaîre" le fabriquait en Provence. En Poitou, c'est "l'échaudi" que l'on dégustait. Avec un S, "l'échaudis" est , en terme de marine à voile, une grosse boucle de fer forgé... de forme triangulaire.
Le CHAOUDELET voyageait beaucoup au moyen âge, des voyageurs ont rapportés avoir trouvés des chaoudelets en Israel, ce qui semble confirmé la thèse selon laquelle les croisés emportaient dans leur besace ses petits gâteaux qui ne rancissaient pas.
Les Aveyronnais et autres Albigeois connaissent bien "petit Jeannot" et prés de Chateauroux, les habitants de Mézières- en -Brenne, avec une confrérie, honorent "l'échaudé" au cours d'une foire annuelle, avec concours de fabrication... mais sans anis; ce qui tendrait à confirmé la théorie selon laquelle l'anis, au moyen âge a pénétré notre pays venant d'Asie, par des routes traditionnelles des voies d'eau à partir du Midi.


Quelques photos des évènements de la Confrérie

Le Bureau

Les Membres du Bureau du Conseil
de La Confrérie du Chaoudelet
Le Grand Maître
Charles Bisaro
La Poutounejaire
Alice Simioni
Le Bailli
Gérard Laguerre
Le Protocole
Alain Lautre

Nos évènements 2019

La Confrérie du Chaoudelet organise, participe ou se déplace à différents évènements tout au long de l'année.
Le Grand Chapitre
XX